Médicaments

Accueil > Thérapies > Médicaments

Les traitements médicamenteux ne sont pas forcement obligatoires pour traiter et guérir les troubles anxieux.

Dans le cadre des troubles anxieux, les médicaments ont pour fonction de faciliter l’acquisition de nouveaux comportements, mais c’est lors de la thérapie que vous apprenez ce que vous devez faire.

Les médicaments ne peuvent prendre de décision pour vous.

Et donc, si la prise en charge de votre trouble anxieux est uniquement médicamenteuse ou si vous profitez simplement de l’accalmie que donne les médicaments mais que vous ne mettez pas en place des comportements différents, (comme par exemple affronter ce qui fait peur dans le cas d’une phobie), à l’arrêt du traitement le problème réapparaîtra probablement.

C’est différent dans le cas des dépressions sévères, des troubles bipolaires ou des troubles psychotiques où le traitement est indispensable.

Les principales familles de médicaments utilisés pour aider au traitement des troubles anxieux sont :

– les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (fluoxetine, paroxetine, sertraline, citalopram, escitalopram, fluvoxamine)

Le cerveau fabrique et détruit sans cesse de la sérotonine à partir d’un acide aminé qui se trouve dans l’alimentation : le tryptophane.
Ces médicaments font que le point d’équilibre entre création et destruction de la sérotonine est légèrement déplacé du coté de la création de sérotonine, ce qui amène une lente accumulation de sérotonine dans le cerveau.

Cette accumulation entraine entre autre un meilleur fonctionnement des fonctions inhibitrices du cerveau et cela atténuent les pics émotionnels et l’impulsivité.

– les inhibiteurs de la recapture de la serotonine et de la noradrenaline (venlafaxine, duloxetine, minalcipran)

ils ont le même fonctionnement que les précédents mais agissent aussi sur la noradrenaline dont ils augmentent aussi le niveau ans le cerveau. La principale conséquence est qu’ils entrainent moins de somnolence que les précédents mais l’augmentation de la noradrenaline les contre indiquent dans le syndrome post traumatique.

– les agonistes GABAergiques ou benzodiazepines (alprazolam, bromazepam, diazepam, prazepam, …)

En activant le récepteurs GABA situés sur les neurones, ces médicaments ralentissent ou bloquent l’activité neuronale ce qui explique leur activité anti-epileptique, amnésiante, anxiolytique, myorelaxante.

Les neurones réagissent au blocage de leurs récepteurs GABA en en créant de nouveaux. C’est ce phénomène qui fait que les benzodiazepine perdent leur effets au fur et à mesure que de nouveau récepteurs sont fabriqués et qu’il faut sans cesse augmenter la dose de médicaments.

Par ailleurs en cas d’interruption du traitement par benzodiazepine, les récepteurs occupés par les médicaments sont libérés et les neurones se retrouvent avec beaucoup trop de récepteurs efficaces et cela entraine les manifestations d’hypersensibilité (le sevrage)

on va pouvoir aussi utiliser :

  • des neuroleptiques qui bloquent la dopamine dans le cerveau
  • des antihistaminiques qui bloquent l’histamine dans le cerveau
  • des beta bloquant qui bloquent l’adrénaline dans le corps