Phobie sociale

Accueil > Troubles anxieux > Phobies > Phobie sociale

C’est la peur du ridicule, du jugement

C’est une des phobies les plus handicapantes. C’est bien plus que de la timidité. Une personne timide n’aime pas s’exposer mais peux le faire si elle l’estime nécessaire. Une personne souffrant de phobie sociale ne tolère pas d’être sous le regard d’autrui.

Impossible d’agir sous le regard d’autrui

Si vous avez cette phobie, votre hantise est de devoir prendre la parole en public, de parler à des inconnus. En résumé, de vous faire remarquer d’une manière ou d’une autre.

Il est très difficile voire impossible pour vous d’affronter ces situations. Votre peur d’avoir l’air « bête », de ne pas savoir quoi dire, d’être ridicule ou que l’on se moque de vous, vous paralyse complètement.

Ce n’est pas une phobie infantile, car elle débute plus tard, c’est une pathologie de l’adolescence. Elle apparait en général entre 11 et 15 ans.

Habituellement, elle débute après une expérience de rejet ou d’humiliation. L’humiliation peut être réelle ou ressentie, le résultat est le même. Et, c’est le plus souvent à l’école que cela se passe.

C’est une phobie très chronique et extrêmement invalidante.

Paradoxalement, certains phobiques sociaux sont capables de bien s’en sortir en public. Mais en fait, ils le peuvent tant qu’ils se sentent protégés par un rôle ou une fonction.
Par exemple, ils savent qu’ils sont de bons professionnels et tant qu’ils sont dans le cadre professionnel, ils n’ont pas de problème. Cependant, en dehors de ce cadre, ils sont handicapés, car leur peur est que la personne qu’il sont, soit jugée et rejetée, pas le professionnel.

Si vous êtes phobique social, vous anticipez et craignez d’être vu, jugé et rejeté.
A chaque fois que vous le pouvez, vous éviter d’aller en public ou de vous manifester. Quelque soit l’importance de ce que vous avez à dire.
Si jamais vous devez prendre la parole devant d’autres personnes (et en général, c’est parce que vous y êtes obligé) alors vous ne pouvez pas vous empêcher de vous centrez sur ce que vous ressentez et vous devenez extrêmement sensible à vos tremblements, rougeurs sur le visage, transpiration, chevrotement de votre voix, fixité de votre regard, hésitation de votre discours, etc.. Et vous rentrez dans une boucle où plus vous constatez ces manifestations, plus vous vous angoissez et plus elles augmentent.
Comme en plus, vous voulez aller le plus vite possible pour vous échapper, vous perdez rapidement le fil de ce que vous avez à dire, vous bégayez, vous vous trompez et vous vous rendez parfaitement compte que vous faites de erreurs et évidement la peur d’être ridicule devant tout le monde augmente encore.

Comme toute les phobies, ce n’est pas rationnel et l’intensité de la peur est sans rapport avec le risque couru.

C’est une phobie qui peut mener à l’alcoolisme, car l’alcool désinhibe, rend sociable et fait oublier la peur du ridicule. Mais, si vous recourrez à cette solution, vous vous retrouverez bien vite avec 2 problèmes majeurs : phobie sociale et alcoolisme.

L’alcool, n’est en aucun cas un traitement, ni même une aide pour une personne ayant une phobie sociale, c’est une complication.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib