Somnambulisme

Accueil > Troubles du sommeil > Somnambulisme

Le somnambulisme ou le fait de se déplacer pendant son sommeil, est fréquent.

Il est d’origine génétique, il est souvent familial et il peut apparaitre à tout âge. Cependant, il touche surtout les enfants et les adolescents. Il peu persister à l’âge adulte. Le somnambulisme est aussi fréquent chez les hommes que chez les femmes.

C’est un trouble de l’éveil.

En fait, le somnambule se réveille à moitié (c’est à dire que son corps est réveillé mais sa conscience dort) et commence à se déplacer ici ou là, sans but précis. Il peut ouvrir ou fermer des tiroirs, des portes, des fenêtres, déplacer des choses, s’habiller, manger, etc. Des activités automatiques, faites machinalement.
Lors d’une crise de somnambulisme, le dormeur a les yeux ouverts, il peut vous regarder mais il ne vous voit pas. Il ne répond pas ou de manière très lente, faible et inintelligible à ce que vous lui dites.
Sa conscience endormie ne lui permet pas d’analyser son environnement et d’y réagir de manière intelligente et appropriée.

Cas particulier d’activité dans le sommeil :

  • La sexsomnie
    La sexsomnie est un somnambulisme à caractère sexuel. Le patient en somnambulisme peut se masturber, caresser son partenaire ou avoir des relations sexuelles complètes tout en étant complètement inconscient. Il ou elle ne se rappellera de rien au réveil. Cela peut avoir des conséquences graves sur le plan légal, si la sexsomnie n’est pas connue.
  • Les comportements alimentaires dans le sommeil
    Certains somnambules vont manger pendant leur sommeil et dévastent la cuisine. Ils ne se rappellent de rien le lendemain.
    Cela n’a rien à voir avec une crise de boulimie faite de manière tout à fait consciente et très réveillée, pendant la nuit.
    Les somnambules mangent et boivent n’importe quoi, y compris les aliments qu’ils n’aiment pas, des aliments impropres à la consommation, des aliments auxquels ils sont allergiques, des aliments congelés, de la nourriture pour animaux, des détergents, des produits toxiques. Ils peuvent se blesser, se couper, se bruler, en préparant à manger dans leur crise de somnambulisme.

Comportements à adopter avec un somnambule

Le somnambulisme survient dans le sommeil profond, c’est à dire en première partie de nuit et le dormeur n’est pas en train de rêver ou très peu.
Le somnambule peut se mettre involontairement en danger, surtout dans un environnement qu’il ne connait pas. Il peut tomber dans un escalier, passer par la fenêtre, sortir dans la rue, se blesser en se cognant, en manipulant un objet coupant.
De manière générale, il faut éviter qu’un somnambule dorme dans un lit à étage. Il faut sécuriser les portes, les fenêtres et l’escalier.
Réveiller un somnambule n’est pas dangereux pour lui, contrairement à ce qu’affirme la légende. Mais, il sera difficile à réveiller car il est en sommeil profond et il sera confus et désorganisé, il peut se débattre à cause de cette confusion.
Il vaut mieux ramener doucement un somnambule dans son lit, sans le réveiller. En général, il se laisse docilement faire, même s’il peut se relever ensuite.
Le lendemain (dans son lit ou ailleurs) il ne se souviendra de rien ou de très peu de chose.

Des formes un peu différentes :

  • L’éveil confusionnel
    Il y a des cas où le somnambule reste simplement confus et désorienté, les yeux ouverts sans bouger de son lit.
    D’autres somnambules sont un peu plus réveillés lors de leur crises mais leur conscience est très fluctuante, ils peuvent vous répondre à peu près, puis recommencer à dire ou faire n’importe quoi. Par moment, ils sont relativement présents, vous regardent et la seconde d’après, il sont à nouveau inconscients. Dans ce cas, il peut y avoir de vagues souvenirs au réveil.
  • La terreur nocturne
    Voire l’article
  • La somniloquie
    Dans certains cas, peut être les plus fréquents, le somnambulisme ne mérite plus trop son nom et se limite à des vocalisations et des paroles : la somniloquie.

Les facteurs qui déclenchent le somnambulisme

Tout ce qui vient déranger le sommeil d’un somnambule peut déclencher une crise : le stress, le manque de sommeil, le bruit, l’alcool, aller le secouer, le bruit, etc.
Certains médicaments comme les somnifères d’action rapide sont responsables de comportement très similaires au somnambulisme naturel. En général, une personne n’ayant jamais eu de crise de somnambulisme, prend un somnifère et est réveillée dans son premier sommeil par l’activité environnante (dans l’avion, le train, etc). Le mélange avec l’alcool vient aggraver l’éveil confusionnel ou la fragmentation du sommeil. Et elle commence à s’agiter, parler, crier, se débattre dans son sommeil ou dans son état confusionnel. Elle ne se souviendra de rien ou presque au réveil.

Le somnambulisme répond bien à l’hypnose.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib